Chaos debout…

Capture d’écran 2011-04-30 à 17.59.02

Après les délices de la naissance d’un amour, arrivent les détails récurrents qui vous ramènent à la réalité. Après le gros oeuvre : aménagement de l’espace, partage du quotidien, mise en place des projets, sont venus les réajustements pour concrétiser le tout. Sauf que la balance n’étant pas équilibrée, j’ai commencé à m’épuiser et à me demander si je correspondais vraiment à la femme qu’il désirait; suivit d’un désagréable constat que quel que soient les efforts que je fournirai, je n’arriverai pas à la hauteur de ses désirs. Et surtout la surprise de découvrir que mon avis et ma personnalité  étaient un obstacle à l’harmonie de la relation. S’en suivirent les petites réflexions assassines sur mon comportement, mes amis… Heu, même amoureuse je sais quand même où j’en suis. Je suis consciente de ne pas être parfaite mais de là à trouver normal d’être reniée, non. Evidemment ce n’est pas facile  de constater que la relation n’est pas viable, que nous ne sommes pas compatibles. Je suis triste bien sûr. Triste de m’être trompée sur le devenir de cette relation. Je voulais tellement y croire !

Eh oui, l’expérience des années passées, ça aide bien. Heureusement.
On est plus catégorique sur ce qui nous semble insupportable et plus lucide sur les limites d’une relation. De ce fait, la séparation n’est plus une souffrance. Elle devient une expérience supplémentaire sur la compréhension de soi et de l’autre. En prenant les devants, je me suis évité le pire. Ce n’est pas faute d’avoir prévenu que je ne ferai pas de scènes, ni ne me perdrai dans les méandres d’explications interminables qui finissent inévitablement par des cris, des pleurs ou des semblants de réconciliations sur l’oreiller… Tout ça on connaît par coeur. Quinze minutes pour prendre les sacs et rendre les clés.
Nous étions sans doute amoureux de l’énergie de l’amour mais nous n’avons pas tenu la distance. Cela dit, j’aurais encore dix sept ans si l’occasion se présentait à nouveau.

Alors je m’en relève comme toujours; un peu plus rapidement toutefois. Je retrouve ma solitude avec soulagement et pour l’instant je me remplume au sens propre et figuré… Le prochain qui me fait « le coup du Roumain » pour m’attendrir risque d’être surpris ! Même s’il est aussi charmant que lui a pu l’être au début… Le dicton : « Chassé le naturel, il revient au galop » n’a jamais été aussi validé !

Une fois de plus mes amis sont autour de moi et je me dis que j’ai bien de la chance. Lui a repris sa route vers une autre femme qui elle, a les moyens de le rendre heureux… Chacun sont chemin. Cette étape nous aura permis de réparer quelques blessures, j’ose l’ espérer. Certain cherche la sécurité et le confort pour se sentir heureux, d’autre l’amour. Parfois l’un et l’autre se rejoigne ou se confonde. Il paraît. J’ai choisis l’amour et cela n’est pas sans risque. Du moins cela fait parti de mes croyances. J’avance, j’essaie, j’expérimente et j’apprends encore… Le désir est toujours là. Intact.

A propos schizolucide

Pétrie de paradoxes, personnalité à multiples facettes j’ai traversé une grande partie de ma vie d’une traite. En apnée. Nous sommes tous en sursis et j’ai envie de le partager avec vous au travers de mes personnages fictifs ou non qui sont parfois dans le flou le plus total…Bref nous aurons peut-être l’occasion de partager nos expériences si tu veux bien à travers ce blog.
Cet article, publié dans rencontre, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Chaos debout…

  1. schizolucide dit :

    Merci à toi pour cette vidéo… ;-)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s