22. John : Révélation

  •  Coucou John, c’est moi ! t’es là ?
  • Oui je suis dans la salle de bain !

Mélody prépare un sac en vitesse : deux T-Shirts à manches longues, un pull, un jean une petite robe, des dessous et basta. Elle frappe et entre dans la salle de bains, prend sa brosse à dents, dentifrice, un savon et tandis qu’elle ressort John l’attrape par le bras,

  • Tu fais quoi là ?
  • Ben je prépare mon sac, je pars ce weekend avec Pierre, je te laisse les clés, on se retrouve lundi soir,
  • Attends, je viens à peine d’arriver, j’ai plein de trucs à te dire !
  • Tu m’as bien dit que tu restais un mois ou deux, ça peut attendre, non ?
  • Oui, mais il faudrait que je te parle maintenant,
  • Ben on aura tout le temps à mon retour,
  • Prend cinq minutes, tu repars de suite là ?
  • Non, pas vraiment, on peut dîner ensemble si tu veux,
  • En fait j’ai un projet et je tiens à t’en parler, je voudrais savoir ce que tu en penses,
  • Dis toujours,
  • Bon, en fait tu sais que je vais souvent en Colombie ?
  • Oui, tu travailles souvent en Amérique du Sud,
  • En fait, j’ai une fille qui vit à Buenaventura, elle se nomme Céleste, elle a onze ans, et si tu te renseignes un tant soit peu c’est c’est plutôt dangereux de vivre dans ce port. Entre les traffics de drogues, d’armes, militaires et paramilitaires, les FARC et autres, c’est pas vraiment la joie,
  • Et ?
  • Et bien j’aimerais bien qu’elle fasse une année scolaire à Paris, pour voir. Pour la voir plus souvent. La savoir en sécurité,
  • Et tu comptes t’y prendre comment ?
  • Ben justement, j’ai pensé à toi.
  • Ben voyons ! Je le crois pas !
  • Mais écoute, on pourrait l’inscrire dans ton lycée pour la rentrée prochaine, moi je passe l’été avec elle, le temps qu’elle s’habitue un peu à moi et avec toi je suis certain que ça marchera du tonnerre ! Et puis tu es libre, non ? Ça t’occuperas, je sais que tu aimes bien, c’est ton côté « chevalier blanc »,
  • T’es vraiment trop gentil d’organiser ma vie pour moi. John, sincèrement, est-ce que l’idée vient d’elle ou c’est juste une de tes lubies ? Et sa mère, elle est d’accord ?
  • Justement, c’est sur la demande de sa mère Carlotta. Elle trouve que ce serait une bonne idée qu’elle poursuive ses études en France. En plus elle vit avec la pression de la famille et elle n’a pas les moyens de s’en défaire, pour la petite on s’est dit que ce serait mieux. Elle a la double nationalité, t’inquiètes pas je t’aiderais,
  • Ben il vaudrait mieux oui ! Non mais tu me prends vraiment pour une assistante sociale, toi ! Tu le savais depuis longtemps ?
  • Pour Céleste ?
  • Pour ton plan, et pour ta fille aussi,
  • Non, enfin, j’ai appris ma paternité depuis juste trois ans lors d’un énième séjours. J’ai revue Carlotta et elle m’a présenté ma fille, « tout simplement ». Je me suis pris la nouvelle comme un coup de poing, mais en fait je suis très content maintenant. Et on  a réfléchi à ce projet là, récemment, enfin cela va faire plus d’un an qu’on en discute en réalité…
  • Pour une nouvelle, c’est une nouvelle ! Céleste ! Carlotta, elle t’aurait pas pris pour le Messie ? Tu ne vas pas me faire croire que tu ne t’y attendais pas ? Et les préservatifs alors ?
  • Ben non, elle m’avait dit qu’elle prenait la pilule, j’étais loin de me douter d’un truc pareil ! Ça fait un bail que je ne l’avais pas revue,
  • Ben voyons, mais quelle inconscience quand même ! Et elle a attendu tout ce temps pour te l’annoncer ? T’es certain que tu n’as d’autres enfants dans la nature ?
  • Heu, j’espère pas…  Ben je te l’ai dit, ça faisait une éternité que je ne l’avais pas revue et on s’était quitté d’une façon plutôt expéditive, tu vois ?
  • Non, mais je me doute un peu, vu la façon un peu cavalière dont tu disparais parfois…
  • Non, c’est plutôt ses frères qui m’ont viré manu-militari… Bon t’es d’accord alors ?
  • On en discute à mon retour, je ne sais pas si je suis prête à t’avoir dans les pattes à longueur d’années.
  • Il ne s’agit pas de moi, il s’agit de ma fille Céleste. On essaie une année et après on avise. Moi je m’en occuperai sûr, pendant les vacances scolaires. Je suis entrain d’organiser mon travail dans ce sens à partir cet été.  Et je compte prendre un appartement, mais en attendant j’ai besoin de pouvoir compter sur toi.
  • Oui, pour l’instant ce ne sont que des mots, permets moi de douter John. Dans l’immédiat je te laisse le mien et on avise à mon retour. En tout les cas, félicitations !
  • Pourquoi ?
  • Tu es papa , c’est un scoop ! Je suis fière de toi ! Tu ne t’en sors pas trop mal pour un père à l’arrache ! Au moins tu ne baisses pas les bras !

Sur ce elle s’échappe et se demande encore dans quoi elle s’embarque… Ah les hommes ! Parfois elle aimerait vraiment se figée en statue de pierre. Insensible, sourde et impénétrable.


A propos schizolucide

Pétrie de paradoxes, personnalité à multiples facettes j’ai traversé une grande partie de ma vie d’une traite. En apnée. Nous sommes tous en sursis et j’ai envie de le partager avec vous au travers de mes personnages fictifs ou non qui sont parfois dans le flou le plus total…Bref nous aurons peut-être l’occasion de partager nos expériences si tu veux bien à travers ce blog.
Cet article, publié dans La vie de Mélodie, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s