Mon pote Jimmy.

Nous sommes samedi, je suis en vadrouille ce weekend dans une ville que je ne connais pas encore.

Tranquillement assise à une table, je sirote une menthe à l’eau dans un bar de quartier. Un petit groupe d’hommes sont accoudés au comptoir dont un petit trapu, avec une paire de moustache digne d’Attila et le crâne rasé qui semble tout droit sorti d’une BD. Il doit être à peu près dix sept heures, pas encore grand monde, je suis plongée dans la lecture de mon bouquin. En ce moment je suis dans ma série H.Hesse. Oui, quand je tombe sur un auteur que j’apprécie, j’avale tout ce que je trouve ayant attrait à lui. Je suis en pleine épidémie de la peste au moyen-âge et Golmund assure grave. Soudain une bande de types, fait irruption et ils sont visiblement en colère. Ils prennent à partie le petit trapu qui sans hésiter dégaine un flingue ! Les types reculent et commencent à parlementer, tandis que le barman se rapproche discrètement du téléphone.

En cinq minutes j’analyse la situation : je suis mineure, dans un endroit où je ne suis pas sensée être, et si la police débarque je suis très mal car ils vont prévenir ma mère et je risque de me faire virée du lycée… Mon sang ne fait qu’un tour ; je me lève et me place entre eux.

  • Arrêtez de faire les marioles car le barman a appelé la police, on va tous se retrouver au trou et j’ai pas envie. En plus, je suis mineure, je veux pas d’emmerdes bordel ! Vous me donnez vos armes et vous allez vous battre dehors, un contre un parce que là franchement, c’est pas courageux !

Le petit trapu sourit : elle a pas tort la gamine…

Les autres : bon OK pour les armes mais toi Jimmy, tu perds rien pour attendre !

  • C’est quoi votre problème les punks du dimanche ?
  • T’arrêtes de te brancher sur nos amplis sinon on te fait la peau !
  • D’abord vous êtes branchés sur le compteur des voisins et c’est même pas votre cave ! Vos « Marshall » Ça va pas les user, bande de guignols !
  • Quoi ! Je le crois pas ! Vous sortez un flingue juste pour une histoire d’amplis ! Mais c’est dingue ! Vous avez quel âge ? (sont nuls les mecs ! Pire que mes deux frères réunis !)

Sur ce, ils vident leurs poches et je me retrouve avec des couteaux à crans d’arrêts, des poings Américains, des Nunchakus et le flingue plein le sac. Je les recouvre tant bien que mal avec mes t-shirts, culottes et affaires de toilettes. Mon sac pèse à présent « une tonne » et je le traîne en allant me rasseoir à ma table et replonge dans ma lecture de  » Narcisse et Golmund . »

Deux policiers entrent et vont droit au bar : ça ce passe comme vous voulez ? Oui oui, répond le barman, le type qui cherchait des histoires est parti. Ils jettent un regard circulaire, demande les papiers à la bande de punks et au petit trapu qui sont toujours au comptoir, les fouillent légèrement et ressortent sans rien dire. Rien à déclarer ? Ils me regardent. Non, non tout va bien.

  • Tournée générale ! Annonce le plus costaud de la bande, et toi petite, tu prends quoi ?
  • Une autre menthe à l’eau s’il te plaît,
  • Ah ah, tu m’plais bien toi, t’avais raison, ils t’ont pas fouillée. Moi c’est grand Gill !
  • Moi c’est Jimmy et toi ? Le petit trapu vient s’asseoir à mes côtés,
  • Sophie,
  • T’as du cran petite,
  • J’veux pas d’ennuis, et à cause de vous j’ai failli être «grillée» et finir au poste ; non seulement je me faisais virer du bahut et en plus ma mère m’aurait lynchée car elle aurait dû venir me chercher !
  • T’habites où ?
  • J’te pose pas de questions moi. Tiens ton pistolet, il est super lourd.
  • C’est un Taurus, c’est comme le Beretta 92,
  • … ?! M’en fiche c’est trop lourd ; pourquoi t’as une balafre sur le front ? On dirait qu’on a voulu te scalper,
  • Un mauvais délire…
  • Ah !? Ça te fait une drôle de tête ; tu te bats souvent pour des trucs aussi nuls ?
  • Non, mais je suis juste obligé de me défendre quand ils sont plusieurs comme aujourd’hui…  Tu vois, tu me poses des questions,
  • C’est pas pareil,
  • Tu aimes le Rock ?
  • Oui,
  • Ça te dit de venir à une répèt ?
  • Vous n’allez pas vous battre ?
  • Mais non, viens que je te présente mon groupe,
  • Et eux là au comptoir, ils vont rien dire ?
  • Mais non, ils peuvent pas être au bar et répéter en même temps, suis moi.

J’ai rien compris :  ils étaient à deux doigts de se battre et maintenant ils boivent un verre tous ensemble ! Bref, me voilà embarquée dans une nouvelle aventure, grâce Jimmy je vais découvrir le milieu Rockn’roll de la ville et assister à des purs concerts !

A propos schizolucide

Pétrie de paradoxes, personnalité à multiples facettes j’ai traversé une grande partie de ma vie d’une traite. En apnée. Nous sommes tous en sursis et j’ai envie de le partager avec vous au travers de mes personnages fictifs ou non qui sont parfois dans le flou le plus total…Bref nous aurons peut-être l’occasion de partager nos expériences si tu veux bien à travers ce blog.
Cet article, publié dans Chroniques, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s