Macho le Husky et moi

  • Tu pourrais me rendre un service ?
  • Oui, pourquoi pas, dis-moi ?
  • C’est pour garder mon chien. Je pars une semaine en stage et je ne pourrais pas l’emmener,
  • Je n’ai jamais eu de chien mais pourquoi pas si tu n’as personne d’autre…
  • Ben non, et comme tu habites à côté du canal, je me suis dit que ça serait plus pratique pour Macho,
  • Macho ?
  • Oui, c’est le nom de mon chien, on se promène tous les jours le long des berges,
  • C’est quoi comme chien ?
  • Un Husky, tu vas voir il est a.do.rable, et il a des yeux !
  • Il est gros comment ?
  • Vingt-huit kilos à peu près, il a quatre ans, il est bien dressé tu verras c’est facile,

Sur ce il disparait, et le temps que je commence à me demander si je ne suis pas entrain de me fourvoyer, il réapparait avec le susnommé Macho qui me saute dessus, genre pour me faire la fête ! Il a une force de titan !

  • Vingt-huit kilos tu en es certain ?
  • Oui, t’as vu il est en pleine forme !

Ben oui j’ai failli tomber à la renverse…

Il me donne les croquettes, gamelle, brosse ainsi que tout l’équipement…

  • Il faut juste le sortir deux fois par jour et en rentrant tu lui donnes à manger. En général, on longe le canal jusqu’à l’écluse puis on fait demi-tour, parfois on pousse jusqu’au bois du château. (Au moins six kilomètres aller/retour, deux fois par jour… Ça promet !)
  • Pourquoi deux harnais ?
  • Un pour lui et un pour toi,
  • Pour moi ?! (Je savais bien qu’il y avait un truc !)
  • Ben oui ! Pour faire un footing avec lui c’est plus pratique, tu as les mains libres,
  • Heu, footing, je le sens pas bien… Tu n’aurais pas une laisse normale ?
  • Si bien sûr ! Et ça c’est la muselière pour le promener en ville, c’est conseillé ; mais ne t’inquiètes pas, c’est un amour et il est très bien dressé. Tu verras il marche à tes pieds dans la rue.

Sur ce, il me laisse avec Macho qui me regarde de ses grands yeux bleus. C’est vrai, il est magnifique ! J’espère qu’il est aussi obéissant qu’il est beau.

Première promenade : Je mets trois plombes à lui attacher son harnais car il fait déjà des bonds partout. J’hésites. J’enfile le mien pour voir ce que ça donne et je fixe sa laisse à l’endroit prévu, niveau de mon nombril. Il saute sur la porte et m’entraine avec lui ! Non, c’est pas une bonne idée, je ne fais pas le poids…

Là je commence à réaliser que je suis inconsciente d’avoir dit oui. Bref, résignée je fais mes premiers pas dans la rue avec Macho. Effectivement en ville il se tient bien. Il reste collé à moi et tous les gens que je croise sont en admiration devant lui. Soi dit en passant un chien c’est un sésame pour les rencontres : dans la semaine, j’ai fait connaissance avec tout le voisinage.

Nous sommes à peine arrivés au canal qu’il pique un sprint ! Il me prend pour un traîneau sauf qu’on n’est pas sur la banquise et que je n’ai pas de patins ! J’en lâche la laisse sous peine de me vautrer… Il m’a déjà semée !

J’essaie de me rassurer : il a l’habitude de ce parcours. Au bout de quinze minutes il n’est toujours pas revenu. Je me mets à hurler Macho aux pieds ! Macho reviens ! En espérant qu’il va m’entendre. Et là, je me rends compte du ridicule de la situation : les personnes que je croise, pouffent de rire ! Et bien riez, je ne suis plus à ça près ! Je suis bien embêtée, j’ai déjà perdu le chien… Putain Macho revient, on ne va pas y passer la nuit ! Je m’imagine déjà au commissariat… Bref au bout d’un moment il revient ventre à terre, tout frétillant, trempé et bien sûr il me saute dessus, fait des bonds autour de moi… Et en moins de temps qu’il ne le faut pour dire ouf, j’ai l’air du paillasson pourri d’un téléphérique aux heures de pointes ! Mais quel cabot, faut le voir ! Et vas-y que je te fais les yeux doux ; je me suis fait un sang d’encre, impossible de lui en vouloir !

Depuis deux jours il me fait la grève de la faim. Il est couché dos à sa gamelle et me regarde manger. Je cède, il veut manger comme moi, je lui donne mon assiette.

Troisième jours. Il a investi le canapé et grogne ou aboie lorsque je regarde la télé si ça ne lui convient pas… À la fin de la semaine il dort sur mon lit et moi sur le canapé car non seulement il prend toute la place mais en plus il ronfle ! Je craque !

Lorsqu’enfin mon pote revient le chercher, Macho a investi les lieux et moi je suis devenue sa nounou pour ne pas dire sa servante…

  • T’as vu comme il est adorable ?
  • C’est certain ! Tout le quartier l’a adopté : du boucher à la mamie du coin jusqu’aux gamins du square… J’avoue que je l’aurais bien confié au premier venu jusqu’à ton retour sans rien te dire,
  • Ah bon ?
  • Il n’en fait qu’à sa tête ! C’est lui qui me promène, il s’est baigné tous les jours, il s’essuie sur mon lit, dort dans ma chambre, je dois lui préparer ses repas et il se vautre sur mon canapé… Ma maison c’est Beyrouth et je suis devenue son esclave !
  • Mais avec ces chiens il faut être autoritaire ! Il faut leur montrer de suite qui est le maître, en plus c’est un mâle dominant alors faut vraiment assurer !
  • Mâle dominant ! Putain j’ai pas de mec à la maison et tu me confies un chien qui se comporte encore pire que le pire ! Je n’ai pas envie d’être autoritaire ! Je n’ai rien à prouver ! Plus jamais tu me demandes un service pareil !
  • T’énerve pas, regarde, tu lui fais peur !

Le tableau : Macho gémissant, aplati comme une crêpe aux pieds de son maître, qui me regarde de ses grands yeux, les pattes avant croisées sur le museau… Quel comédien celui-là ! En plus il me fait passer pour une mégère !

Enfin débarrassée ! Je regarde mon appartement en piteux état : effectivement, je ne suis pas douée pour vivre avec un mâle dominant… Maintenant je sais pourquoi je n’aurai jamais de chien. Les chiens je les aime de loin et chez les autres…

A propos schizolucide

Pétrie de paradoxes, personnalité à multiples facettes j’ai traversé une grande partie de ma vie d’une traite. En apnée. Nous sommes tous en sursis et j’ai envie de le partager avec vous au travers de mes personnages fictifs ou non qui sont parfois dans le flou le plus total…Bref nous aurons peut-être l’occasion de partager nos expériences si tu veux bien à travers ce blog.
Cet article, publié dans Chroniques, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Macho le Husky et moi

  1. mary dit :

    bien rit!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s