Premier mars, premier pas…

Marchons voulez-vous ? Marchons tranquillement. L’inspiration viendra et guidera nos pas. Les mots suivront.

Avant de vous rencontrer,  je pensais que je n’étais que chair gelée. A jamais. J’avais soigneusement tout verrouillé.  Mon cœur, mon corps, ma tête : trois éléments séparés, autonomes. Chacun tirant sa couverture à soi sans jamais se rejoindre. Un corps sans âme, une tête sans squelette, un cœur vidé de son sang, une automate. Voilà ce que j’étais devenue à force de volonté…

Je croyais naïvement qu’en m’isolant, je ne souffrirais plus ; que je serais hors d’atteinte. Oui je croyais fermement cela. Me couper de tout, ne plus rien sentir. Je me contentais juste de nourrir ce petit corps ; de le protéger du froid, d’être polie, transparente… C ‘était apparemment simple, plus simple…

Sauf que la vie ce n’est pas ça. Sauf que cette engourdissante torpeur ne m’a pas évité de ressentir ce frétillement… Cette force viscérale qui s’agite et surgit du fond de nous. Aucun contrôle possible : l’instinct de vie !

Une fois que vous avez poussé votre premier cri, vous ne pouvez y échapper. Vous avez beau l’enfouir au plus profond de vous même, le bafouer, le maltraiter, faire comme s’il n’existait pas… il revient toujours à la charge : il est venu pour ça le bougre !

Cette force qui nous anime malgré nous, tant que nous respirons. Pourtant j’aurais tout fait pour le verrouiller au fond de ce corps. Le renier, c’était ne plus sentir la douleur. J’avais bloqué une fonction dans mon cerveau. Je l’avais déconnecté, du moins c’est ce que je croyais jusqu’à aujourd’hui…

Mon corps tremble près de vous. Il frémit rien qu’à l’idée du contact de votre peau. C’est comme si quelque chose se dénouait à l’intérieur de moi. Comme si peu à peu les rouages se remettaient en marche, lentement pas à pas.

Je vous repousse pour prendre ma respiration, veuillez m’en excuser… J’avais oublié cette sensation. Vous me donner le vertige… Mais c’est délicieux. C’est terrible et ça me fait peur. Désolée, ma réaction est démesurée, je sais. Veuillez bien m’en excuser. J’associe encore le plaisir avec le danger, l’amour avec la violence. J’ai bien compris que ce n’est pas cela, mais ça vient de loin, je n’y peux rien. J’essaie d’oublier, mais chaque fois la cicatrice suinte, mes blessures saignent…

Penser à vous m’est très doux. Nos rendez-vous me remplissent d’impatience. Durant nos longues promenades votre voix m’enveloppe et je vois enfin le paysage prendre forme. C’est un plaisir de partager ces moments. Il m’est très difficile de retenir mon envie de me blottir contre vous mais dès que je sens votre souffle, mon corps se tétanise. J’apprécie vos tentatives pour m’approcher. Votre main qui cherche la mienne. Vos yeux qui glissent sur les miens. Votre regard me trouble plus que je ne voudrais l’avouer… Votre délicatesse me touche. Du temps, laissez moi un peu plus de temps s’ilvous plaît, je reviendrai. Je vous le promets, je reviendrai.

A propos schizolucide

Pétrie de paradoxes, personnalité à multiples facettes j’ai traversé une grande partie de ma vie d’une traite. En apnée. Nous sommes tous en sursis et j’ai envie de le partager avec vous au travers de mes personnages fictifs ou non qui sont parfois dans le flou le plus total…Bref nous aurons peut-être l’occasion de partager nos expériences si tu veux bien à travers ce blog.
Cet article, publié dans Dans quel état j'erre, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Premier mars, premier pas…

  1. Mikaela dit :

    Nouvelle promenade ce matin dans ma tête
    bonne journée, bon week-end
    coche la case qui te plait

  2. Mikaela dit :

    superbe …
    je t’invite également pour ses quelques pas
    Mikadori :-)

  3. david dit :

    celle que je préfère!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s